SCP Bléard Lecocq
Viens chez moi, j’habite dans un conteneur – Viens chez moi, j’habite dans un conteneur
Facebook SCP Bléard Lecocq Twitter SCP Bléard Lecocq Google+ SCP Bléard Lecocq Pinterest SCP Bléard Lecocq

Viens chez moi, j’habite dans un conteneur

 Mar, 20 - 2015   0 commentaire   Urbanisme
Viens chez moi, j’habite dans un conteneur
votre avis ?

Séduisantes, étanches, et moins coûteuses, les habitations construites à base de conteneurs font un tabac…Ils effectuent en quelque sorte leur dernier voyage. Après plusieurs années de bons et loyaux services, des conteneurs échouent dans les entrepôts, sur les chantiers, les ports, ou dans les décharges. Une fin de vie pas vraiment écologique, sauf s’ils se transforment. En habitation par exemple…

Savannah, en Georgie (USA)


Un concept séduisant

Depuis 2000, ce concept explose. C’est à Londres, près des Docks à Trinity Buoy Warf, que l’expérience a interpellé le monde: des conteneurs en fin de vie pour déployer des bureaux et des logements confortables. Et Container City (conçue par Eric Reynolds) attire, surtout les jeunes « bobos » et les artistes pour son principe alternatif, ses loyers plus démocratiques dans une capitale impayable. Étanches, résistants, peu coûteux à l’achat, modulaires à souhait, solides, rapides à aménager, ces cases métalliques envahissent désormais d’autres contrées, comme les Pays-Bas et la France qui les exploitent notamment pour remédier à la pénurie de logements étudiants.

Container City (Londres)

Cité universitaire de Hague (Pays-Bas)

L’intérieur d’une maison en conteneurs (Jiashan, Chine)

Le filon a donc rapidement été repéré par des entreprises, qui aujourd’hui, se consacrent entièrement à ce type de construction. D’autant, que ces blocs de type « Lego » superposables entrent dans un concept d’architecture minimale. Un type d’habitat tout à fait accessible à ceux que le bricolage passionne et aux amateurs d’auto-construction. D’ailleurs au Canada, une famille a réussi à construire sa maison modulaire à l’aide uniquement d’un guide déniché sur internet. Et parfois, les maisons fabriquées avec des conteneurs révèlent de splendides prouesses architecturales.

Graceville (Australie)

El Tiemblo (Espagne)

Une solution à la crise du logement?

Loin des villas conceptuelles ou résidences de vacances à base de conteneurs, c’est une piste envisagée. Surtout lorsqu’on part du principe que le coût de ces maisons ou appartements modulaires est parfois inférieur de 20 à 50% à celui d’une construction traditionnelle (tout dépend de l’usage, du terrain et des matériaux). En Suisse, un hameau de studios mobiles pour personnes sans domicile vient d’ailleurs de voir le jour à Chêne-Bougeries. Sous le nom d’ « Eureka », ce village propose treize studios disposés en cercle. Le loyer est modéré et les locataires doivent participer à la vie communautaire. L’objectif: que les gens s’y sentent bien, le temps de se reconstruire. Chez nous à Jambes, un tel projet devrait se réaliser sur des toits de garages, grâce au soutien du CPAS et de l’asbl Une main tendue. S’il aboutit, des conteneurs seront transformés en logements durables et modulaires pour sans-abris.

Une petite chambre d’hôtes de 35 m2 (San Antonio, Texas)

On les superpose et puis c’est fini?

C’est certain, les habitations en conteneurs sont très séduisantes. Seulement, si l’usage de ces blocs entre dans le concept de recyclage, on ne doit pas oublier pour autant que des aménagements sont nécessaires pour les rendre durables. Les prix peuvent donc vite grimper…

Le métal est un conducteur thermique. Même si le conteneur est reconnu pour sa grande étanchéité, l’isolation reste plus que nécessaire. On peut également l’orienter de manière à ce que la lumière entre un maximum à l’intérieur et augmenter la taille des parties vitrées. Pour une habitation plus écologique, le choix des matériaux est aussi essentiel. Et pourquoi ne pas pousser la « récup » jusqu’au bout? Quant au toit, il peut être remplacé par une toiture végétale plus esthétique, isolante, etc.

En Californie

Attention! Les conteneurs ont parfois transporté des produits toxiques. Difficile d’en connaître la provenance. Mais, ils peuvent tout à fait s’acheter neufs. Seul bémol: le prix presque trois fois supérieur et la perte du concept «habitation recyclée ».

Mais l’énorme avantage, c’est que ce type de maison modulaire peut évoluer en même temps que la famille ou que ses propres besoins. Il est également possible de la construire petit à petit, en fonction de son budget. Et de déménager avec elle, pourquoi pas…

Construite par Ectotech Design dans le désert de Mojave (Californie)

Par Studio H (Californie)

San José (Costa Rica)

Construite par ECOSA Design Studio à Flagstaff (Arizona)

Responsable de la communication à la SCP BLEARD LECOCQ


Sujets en relation

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :

SCP BLEARD LECOCQ Copyright 2009 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur.- Tous droits réservés.